IYXH

Life is fantastic

Alimenter la révolution - Révolutionner l'alimentation - 7eme discours Toastmasters

Rédigé par Alain Sanguinetti 1 commentaire

Combien serons-nous sur Terre dans 30 ans ? Combien d'appareils électriques y-aura-t'il, par personne ? Combien de catastrophes naturelles allons nous déclencher ? Combien de nouvelles maladies apparaîtront ?

La réponse a ces questions prises séparément est intéressante, certainement utile. Mais le plus important est de savoir comment nous allons pouvoir faire face à tous ces défis.

Un élément de réponse, incontournable, à cette question est l'agriculture.

Je vais vous présenter ce domaine d'avenir, son organisation actuelle et ses déséquilibres. Nous mettrons ensuite le cap sur de nouveaux horizons en imaginant ce que ce secteur économique peut devenir et comment il peut le devenir.

Un domaine d'avenir ...

J'ai commencé par quelques questions qui seront au coeur de l'avenir de l'humanité. Ces questions sont toutes liées à l'agriculture. En effet, l'agriculture peut nourrir. L'agriculture peut fournir de l'énergie, elle peut atténuer des effets climatiques. C'est aussi une réserve de biodiversité et une source d'inspiration pour le biomimétisme.

L'agriculture peut faire toute ces choses et elle le fait déjà un peu.

Elle nourrit les habitants de la planète, aussi nombreux que nous sommes déjà avec des contraintes parfois plus géopolitiques que techniques.

L'agriculture fournit de l'énergie via la production de combustibles tels que du bois mais aussi la méthanisation ou de nouveaux procédés tels que la pyro-gazéification.

L'agriculture fournit des molécules de base de la chimie : on peut faire de l'éthanol, du plastique et d'autres composés à partir de végétaux.

L'agriculture peut diminuer la quantité de CO2 dans l'atmosphère en le captant par les plantes.

La principale difficulté réside dans la mise en oeuvre de ces solutions. En effet, le domaine agricole est un domaine particulier.

... au coeur d'un système ...

En 1950, la majeure partie de la population française était rurale, aujourd'hui c'est l'inverse. Les emplois du secteur agricole ne représentent plus que 3,4 \% en 2017, un peu plus d'un million.

Parmi ces emplois, il y a 200 000 chefs d'exploitation. Dans l'agriculture, il n'y a donc pas uniquement des agriculteurs. Il y a en effet beaucoup de structures qui évoluent dans le domaine : les chambres d'agricultures sont peut-être les plus connues, les coopératives et les commerces sont aussi très représentés. Un bel exemple est que les grandes entreprises de chimie et de vente de graines telles que Monsanto et Syngenta ont longtemps été les entreprises aux valeurs boursières les plus élevées, elles sont aujourd'hui détrônées par Google et Facebook, qui commencent aussi à s'intéresser à l'agriculture.

A l'échelle mondiale aussi, l'agriculture est intégrée à un système complexe : des bourses mondiales échangent sur des productions agricoles localisées sur la planète entière. Un embargo sur la vente de blé à la Russie suite à un conflit en Ukraine a des répercussions sur les agriculteurs.

En quelque sortes, le secteur agricole est un domaine très hétéroclite et très complexe où tous les acteurs sont reliés par des liens qui évoluent constamment d'une année sur l'autre voire moins.

... déséquilibré.

Je ne saurais pas dire si la complexité du système induit les déséquilibres ou non. En tout, force est de constater qu'aujourd'hui le domaine agricole est en proie à de nombreux déséquilibres.

Tout d'abord, j'ai bien insisté sur le fait que ce domaine est un domaine d'avenir avec de nombreuses opportunités. Pourtant il y a encore eu cette année des dizaines de suicides d'agriculteurs.

Un autre déséquilibre est que la production agricole utilise des ressources naturelles, renouvelables mais qu'elle le fait à un rythme qui ne permet pas le renouvellement. Chaque année, des centaines de milliers de tonnes de terres sont perdues en France dues à l'érosion.

Un dernier exemple de déséquilibre : l'agriculture est un domaine porteur pour les drones, avec de nombreuses entreprises qui proposent de survoler les champs pour étudier la qualité de la photosynthèse, au milimètre près. Pourtant nombreuses sont ces mêmes zones, survolées par des drones agricoles mais où on ne capte pas réseau téléphonique.

Cap sur de nouveaux horizons : reconfiguration du système ...

Quel paradoxe : un si bel avenir mais tant de déséquilibres !

A l'image de ce qui se produit dans la Nature, l'écosystème agricole va probablement évoluer pour se stabiliser. Une forme de normalisation silencieuse du monde agricole est à l’œuvre : les chefs d'entreprises remplacent les exploitants agricoles. La loi française prévoit désormais qu'un agriculteur puisse facilement cumuler les revenus de son exploitation avec ceux d'une autre activité via une micro-entreprise.

De plus en plus d'entreprises agricoles vont chercher un point d'équilibre en diversifiant leurs revenus : vente en circuit-courts, production d'énergie, prestations de services de traitement de déchets, formations, tourisme, etc

Dans les grandes villes, certaines des start-ups sont en fait des installations de maraîchage.

Petit à petit l'agriculture revient dans la société et se fond dans la masse des entreprises.

... et nouvelle révolution

Pour s'intégrer avec succès et en tirer profit, l'agriculture doit faire une nouvelle révolution technique. Aujourd'hui, des agriculteurs choisissent de ne pas labourer, d'autres d'installer des arbres, d'autres de produire de l'énergie, d'autres d'utiliser des drones, d'autres d'utiliser de nouveaux moyens de communication pour avoir plus d'informations, d'autres d'utiliser des plantes pour soigner leurs animaux, etc.

Pour autant, on assiste peu à un bond de rentabilité ou de productivité. Les mesures sont conçues principalement dans le but de conserver. Je crois qu'une évolution des techniques et des technologies permettrait de dépasser ce plafond du vert. De nouvelles technologies apparaissent et permettront de créer de nouveaux produits agricoles : photosynthèse artificielle, création de molécules complexes dans des bioréacteurs, création de nouvelles variétés telles que du blé sans gluten. On assiste même à l'apparition d'articles qui évoque la possibilité que de petits tracteurs remplacent les tracteurs habituellement de plus en plus gros.

L'informatique peut accélérer cette révolution en facilitant les échanges d'informations, par exemple via des textes tels que celui-ci mais aussi via la construction de connaissances communes et la construction collaborative de savoirs mobilisables à la demande.

La convergence de ces évolutions en une nouvelle doctrine, globale et complète, serait une révolution qui ouvrirait de nouvelles portes à l'humanité.

Conclusion

Récapitulons. Je vous ai présenté le secteur agricole, plein d'avenir, les structures de ce secteur, et il y en a beaucoup, ainsi que les grands déséquilibres.

En face de cela, j'ai esquissé ce que pourrait être le futur de ce secteur. Cela nécessite une révolution verte, de grande ampleur.

Je ne suis pas devin et je serai bien en peine de dire plus précisément ce à quoi ressemblera le monde agricole demain. Quelque soit sa nouvelle forme, il sera transformé et davantage intégré au reste de l'industrie autour des ressources naturelles.

Les enjeux sont grands. Dans tous les cas, les agriculteurs ont de belles cartes en main pour réussir cette évolution. Ce ne sont pas les seuls joueurs autour de la table.

Notes

Septième discours du programme Toastmasters, donné le 5 juin 2017 à Agora75 Toastmasters

Rendez-vous sur la page "à propos" pour plus d'informations à mon sujet.

1 commentaire

#1  - 우리카지노 a dit :

A few sensible as well as expert folks are generally known to stone cold bluff
whenever coping; however this should definitely not decrease one self.
Ideally, payout percentages for online casinos ought to be above
98 percent, and practically all of the ones are.
If you fail to be well prepared for your interview,
it could result in delay or denial of your respective visa.

Répondre

Écrire un commentaire

Quelle est la dernière lettre du mot twfe ?

Fil RSS des commentaires de cet article

© 2017 - Alain Sanguinetti

Site édité par Société Sanguinetti d’Informatique et d’Innovation - EIRL
241 rue de Charenton, Esc. B Appt 3D, 75012 PARIS
SIRET: 800 319 279 00025
Courriel: services@sanguinetti.eu
Tél: +33 7 70 03 56 46
Responsable de la publication : M. Sanguinetti
TVA non applicable, article 293 B du CGI

Site hébergé par OVH
2 rue Kellermann 59100 Roubaix
Tél. : +33 9 72 10 10 07